dans nos cantines et nos plats préparés ? Enquête dans Capital, ce dimanche sur M6.

image_0953084_20230109_ob_8dfc1a_television-m6

Numéro de Capital consacré à la sécurité alimentaire ce dimanche 22 janvier à 21h10 sur M6. Un magazine présenté par Julien Courbet.

Parmi les sujets traités, le poulet.

image_0953084_20230109_ob_ea66a0_261926-capital

C’est l’ingrédient phare de nos plats préparés, le roi de la cantine, en version nuggets ou “cordon bleu”, jamais les Français n’ont consommé autant de poulet. Quinze par personne et par an ! Mais on ignore souvent qu’un poulet sur deux vient de l’étranger contre seulement 25% il y a vingt ans.

Des volailles souvent élevées en Pologne, en Ukraine ou même dans des pays bien plus lointains comme le Brésil : les principaux concurrents des producteurs français ont tout misé sur le poulet “standard” élevé en batterie, qu’ils vendent jusqu’à deux fois moins cher que les poulets français de même catégorie. En Ukraine ou au Brésil, la tendance est à des fermes géantes où peuvent s’entasser jusqu’à deux millions de volailles, cinquante fois plus qu’en France !

Dans ces exploitations gigantesques, les éleveurs recourent parfois aux antibiotiques pour faire grossir leurs poulets plus rapidement, une pratique interdite dans l’Union européenne. Pourtant, l’Europe en importe 500 000 tonnes chaque année. Des poulets ayant reçu des antibiotiques de croissance arrivent-ils dans nos cantines et nos plats préparés ? Quels risques prendrait-on à en consommer sans le savoir ?